QUENTIN TOURBEZartiste

Emile Sacré

QUENTIN TOURBEZartiste
Emile Sacré

Émile Sacré 

«Nous développons une pratique du design graphique dans l’espace, en volume, avec des questionnements liés aux pictogrammes, à la typographie, aux matériaux...»


Salut Émile, peux-tu te présenter aux lecteurs de TWLV ?

Hello, je suis Émile Sacré. J’officie en tant que directeur artistique à mon compte et dirige également avec d’autres collaborateurs l’agence Bakélite basée à Toulouse. Bientôt la trentaine, je suis originaire de la ville rose où j’ai habité. Je réside désormais dans la ville grise, Rodez city.

Peux-tu nous parler un peu de ton parcours, de ton métier ?

L’idée de travailler dans les domaines du design est venue assez tôt. J’ai évolué à travers un cursus Arts appliqués (lycéeBTS-DSAA-Master) qui m’a permis de mettre en pratique des connaissances, de développer une culture visuelle et d’utiliser de nombreux outils, tant plastiques que numériques. Mes projets personnels et ceux que je développe à Bakélite sont très variés, l’image est au centre de ma démarche. Je réponds à des clients qui me proposent autant de travaux d’identité visuelle que d’animation, de motion design ou encore de la signalétique.
J’attache beaucoup d’importance à la recherche, mon écriture n’est pas fixe et je ne pense pas avoir de « style » à proprement parler, comme pourraient l’assumer un illustrateur ou un architecte par exemple. Cette posture me permet de diversifier mes projets et d’éviter les systématismes liés à ma pratique du design graphique. Néanmoins, depuis pratiquement le début de mon activité, les projets sont souvent en lien avec la musique. Le domaine du son fait également partie de mes activités. Quand le projet s’y prête, j’essaie de mêler ce dernier avec l’image.

TWELVE-MAGAZINE-2-3.jpg

Quels sont tes derniers gros projets ?
Je peux te citer trois exemples qui m’ont bien occupé en ce début d’année. Le premier est un projet pour le groupe Isaac Delusion. Leur manager m’a contacté pour réaliser les lyrics videos de leur dernier album, sorti en avril dernier. Projet fastidieux et passionnant à la fois, où j’ai dû mettre en images animées les paroles des douze titres du LP (long play, ndlr) en mettant en scène texte et visuel. J’ai travaillé à partir de textures visuelles créées par un artiste et designer anglais, John Karbon. Les images fournies étaient très plastiques, minérales, élaborées via la capture de matières colorées sur la surface vitrée d’un scanner. J’ai, par exemple, utilisé cette banque d’images comme texture sur différents objets et espaces 3D en les animant. Une fois cette couche réalisée, j’ai dû synchroniser les textes à la bande-son pour remplir la fonction de lyrics videos, en utilisant une typographie précise et des placements logiques pour une lecture fluide des paroles. L’ensemble des vidéos se devait d’être cohérent sur tout l’album, tout en s’adaptant aux univers des différents morceaux.

Encore une fois, c’est un travail de titan, mais une belle expérience. Le second projet est plus corporate, mais tout de même ludique. Redbull m’a contacté il y a deux ans pour élaborer la communication événementielle de leurs rendez-vous de sports extrêmes. Ce n’est pas réellement un domaine qui me passionne, ni vraiment, selon moi, la meilleure boisson du monde... Mais c’est un client réactif (pour ne pas dire speed) et ouvert à de nouvelles propositions malgré son univers graphique très normé. J’ai donc conçu tout un ensemble de visuels pour promouvoir des événements comme le Red Bull Tout Schuss ou le Red Bull 400. La demande est globale, elle convoque l’identité visuelle des événements (logotype, charte graphique associée...) jusqu’aux supports de communication imprimés et une partie de leur communication digitale.

TWELVE-MAGAZINE-2-2.jpg
TWELVE-MAGAZINE-2-51.jpg
TWELVE-MAGAZINE-2-1.jpg

Enfin, je travaille avec le Bikini sur la communication du festival du Week-end des Curiosités. C’est une réelle carte blanche que l’on me propose depuis quelques années. Ils me permettent de développer chaque année une évolution de l’univers graphique associée à cet événement. Je suis en charge de l’identité visuelle, de tous les supports associés pour la diffusion du festival ainsi que du teaser
officiel qui présente la programmation. Ce dernier objet est pour moi une façon d’user de nouvelles techniques, de nouveaux types d’effets en animation. Pour cette édition 2017, j’ai considérablement fait chauffer le processeur de mon ordi pour des rendus 3D interminables ! J’ai mis en scène les photographies des groupes invités dans des environnements 3D pour proposer au spectateur une déambulation planante et aérienne au sein d’un univers graphique, préalablement conçu pour l’affiche du festival. Favorisant les collaborations avec d’autres univers créatifs, j’ai proposé au producteur et chanteur Augustin Charnet (Kid Wise, After Marianne...) de réaliser la bande-son de cette vidéo. Il en ressort un teaser peu conventionnel qui déploie réellement un univers graphique global facilement reconnaissable !

Pour finir, nous travaillons avec mes collaborateurs de Bakélite sur plusieurs projets de signalétique avec des architectes. Ce domaine est en pleine expansion et, heureusement, pris en compte par les maîtres d’œuvre et la maîtrise d’ouvrage. Les nouveaux lieux publics doivent proposer des principes cohérents pour les usagers, en accord avec la proposition architecturale. Nous développons donc une pratique du design graphique dans l’espace et en volume, avec des questionnements liés aux pictogrammes, à la typographie, aux matériaux et leur sécurité, aux normes handicapé… Depuis plusieurs chantiers, 
nous avons pris conscience que nous cultivons une réelle démarche de projet qui fonctionne dans bon nombre de cas concrets. 

À côté de cela, tu fais aussi de la musique, nous avions découvert ton travail en première partie de La Fine Équipe au Krill (Onet-le-château), le dernier EP vient justement de sortir.

Exactement, c’est une activité secondaire, mais que je ne peux pas l’abandonner tant elle me permet de prendre du plaisir et du recul. La musique est différente de mon activité professionnelle, car je suis seul à décider de son orientation. J’ai mon petit réseau qui avance tranquillement et quelques morceaux qui arrivent à trouver des auditeurs. Ici, il est plus question de style que dans mes productions. Je sors rarement deux fois la même atmosphère dans des EP ou LP, mais j’évolue au sein d’une scène que l’on peut qualifier d’électronique, avec un point commun : le beat (les pulsations, le rythme de la musique, ndlr). J’ai eu le privilège d’éditer une série limitée de cent vinyles l’année dernière, intitulée Highway, dans laquelle mes productions (12 pistes) étaient orientées boogie et disco. Ce fut pour moi l’occasion de développer un autre univers graphique avec le design de la cover, la com digitale, ainsi qu’un clip.
Des dates sont-elles prévues pour cet été ? Absolument pas, mais des choses sont en préparation ! 
À la croisée des chemins entre musique et graphisme tu as également créé un projet hybride : Kulbuto. Nous l’avons vu en live durant le Soft’R festival, c’était fabuleux ! Merci pour ton retour ! Kulbuto est un projet de fin d’études en master (2012). Cela faisait un moment que je me questionnais sur les outils physiques et numériques pour le live. Cet instrument audiovisuel est constitué d’un contrôleur MIDI, qui a l’apparence d’une table, connecté à la vidéoprojection
d’une interface visuelle. L’intérêt de cette création est double, elle permet autant au spectateur de visualiser l’ensemble des actions sonores qu’à l’utilisateur d’improviser via un système de séquences aléatoires. Il serait rébarbatif d’expliquer en détails le fonctionnement du Kulbuto. Néanmoins, l’architecture de cet instrument est fondée sur des principes physiques de boucles, de collisions et d’interactivité. Le résultat instantané est loin d’être une musique destinée à faire danser, l’enjeu est plutôt de proposer un temps d’écoute et de compréhension autour de la création sonore.

«La musique est différente de mon activité professionnelle, car je suis seul à décider de son orientation.» 

emilesacre.fr - bklt.fr soundcloud.com/vectson

TWELVE-MAGAZINE-2-50.jpg
TWELVE-MAGAZINE-2-58.jpg

photographies - Vincent / Quentin