QUENTIN TOURBEZ

Anne-Lise Rousset

QUENTIN TOURBEZ
Anne-Lise Rousset

Anne-Lise Rousset
«Passer de la classe préparatoire vétérinaire aux plus hauts podiums ne se fait pas sans une détermination exceptionnelle.»

Anne-Lise Rousset est une championne simple, c’est ce que l’on remarque dès ses premières paroles. Elle dégage une étonnante gentillesse doublée d’une spontanéité rare. Mais ne vous y trompez pas, derrière ces apparences se cache une motivation hors norme, celle d’une athlète infatigable ! Passer de la classe préparatoire vétérinaire au titre de championne de France ne se fait pas sans une détermination exceptionnelle

TWELVE-MAGAZINE-2-22.jpg

Après quelques minutes, on oublierait presque qu’elle a parcouru les plus beaux sentiers d’Europe. Pourtant, Anne-Lise nous raconte son passé dans une famille peu sportive. Elle goûte au plaisir de la course au collège où elle s’illustre dans quelques cross UNSS, qui rappellent sûrement de rudes souvenirs à certains d’entre nous. Elle est alors repérée par ses professeurs qui la poussent à faire de la compétition. Mais à ses yeux, le plaisir de courir l’emporte sur le challenge des courses. 

Comme si être une sportive de haut niveau n’était pas assez éprouvant, Anne-Lise est en plus vétérinaire dans les alentours de Pont-de-Salars. C’est un métier plus que prenant, qui l’appelle parfois à se lever au beau milieu de la nuit afin d’aller faire accoucher une génisse. Pour devenir vétérinaire, elle a dû, comme beaucoup d’adolescents, faire une croix sur la pratique du sport. C’est le revers de la médaille des premières années d’études médicales. C’est à ce moment qu’Adrien entre en scène. L’école qu’elle fréquente propose une section raid multisport, mais Anne-Lise se rend compte que le vélo n’est pas son fort. Elle préfère le trail. C’est en Aveyron, lieu de vie d’Adrien, qu’ils participent à leurs premiers grands événements. Il partage sa vie et ses entraînements, et devient très vite son coach. «  Quand il est blessé, c’est plus dur pour moi de m’entraîner, je pense que l’on se motive mutuellement » nous confie-telle. Le trail des Hospitaliers est la course qui marque la frontière entre le milieu amateur et professionnel pour Anne-Lise. 
Elle y décroche une bonne place et s’attire le soutien de ses premiers sponsors. 

TWELVE-MAGAZINE-2-23.jpg

À ce moment-là, tout s’accélère. Anne-Lise commence son travail de vétérinaire et c’est une période où les entraînements et les épreuves s’intensifient. Il devient alors compliqué de jouer sur tous les tableaux. Dès lors, le sélectionneur de l’équipe de France la repère. Il lui propose de courir sous le maillot français, et, à la surprise générale, Anne-Lise refuse ! Il faut savoir que le trail est une activité exigeante et complète, comme tout sport de haut niveau. Mais la version que pratique Anne-Lise requiert plusieurs entraînements par semaine et les compétitions sont réparties dans toute l’Europe. Le skyrunning, sa spécialité, est une course sur une distance comprise en 40 et 80  km, qui se déroule généralement en montagne et sur des terrains souvent cassants. Elle revit avec nous les meilleures courses auxquelles elle a eu la chance de participer, dont la Maxi Race ou encore la Transvulcania où elle décroche une seconde place. Elle nous rappelle avec un grand sourire l’atmosphère qui règne lors de cette fameuse épreuve : « Toutes les filles des magazines étaient présentes   !  ». C’est à ce moment-là qu’Anne-Lise apparaît à son tour sur les pages de papier glacé des revues spécialisées. Le sélectionneur de l’équipe de France de trail l’appelle une nouvelle fois. C’est alors qu’elle prend conscience de l’importance de la proposition et, finalement, elle accepte ! Anne-Lise ne perd pas de temps, elle s’illustre sous les couleurs de l’équipe nationale dès les mondiaux de 2015 et décroche la quatrième place ! 

Nous avons l’impression que rien ne peut l’arrêter. Elle enchaîne brillamment les courses et les podiums. Elle semble vivre ses succès avec une facilité déconcertante. En ce moment même, Anne-Lise remporte une nouvelle fois la seconde place de la Transvulcania. D’ailleurs, il est probable que notre championne s’illustre entre-temps sous le maillot tricolore lors des championnats du monde qui se sont tenus le 10 juin dernier.
 

TWELVE-MAGAZINE-2-24.jpg

photographies - Vincent

texte - Quentin