QUENTIN TOURBEZ

Fred Austruy

QUENTIN TOURBEZ
Fred Austruy

Fred Austruy
«À seize ans, il décide de vivre du vélo. Sans perdre de temps, Fred met au point une stratégie, un plan de bataille. En plus de devenir le meilleur, il faudrait que l’on parle de lui !»

 

Un grand coup de pelle sur le sol vient achever le travail d’une matinée entière. Ses mains sont usées, pourtant il esquisse un sourire de satisfaction. La masse de terre qu’il termine de shaper est assez vertigineuse. “Shaper” est le terme que l’on utilise dans le milieu du vélo dirt lorsque l’on façonne les bosses qui serviront à réaliser les figures. Pas le temps de contempler le fruit de ce dur labeur, il empoigne le guidon de son vélo et remonte vivement le versant qui le sépare du saut. Il boucle son casque, et c’est parti ! Quelques coups de pédale suffisent à lui donner une grande vitesse, et quelques secondes plus tard, les roues quittent le sol. Il étend les bras et effectue un condor, planant quelques instants au-dessus de la terre ferme. Il s’imagine là-haut faire partie des oiseaux, ceux des forêts qu’il chérit tant, ses terrains de jeux favoris.

TWELVE-MAGAZINE-2-18.jpg
TWELVE-MAGAZINE-2-21.jpg

Il atterrit dans une traînée de poussière après un freinage in extremis et pose son vélo contre l’arbre le plus proche. Nous profitons de cette courte pause pour lui parler de ce territoire qu’il aime tant. « Mes spots préférés ont toujours été la forêt. Les lieux de pleine nature, il n’y a rien de plus beau ! Je pense que nous avons ce privilège en Aveyron de vivre dans un cadre préservé, une nature riche et abondante. Lorsque j’étais plus jeune, nous construisions nos terrains nousmêmes. C’était une vraie opportunité d’avoir la forêt à quelques mètres de chez nous. Je ne suis pas certain que j’aurais développé une telle passion pour le vélo si j’avais vécu en ville ! » Le champion est originaire d’Entraygues où il a passé toute son enfance. Il cultive très vite un amour pour le football, et a un certain talent. Il est sélectionné dans un centre de formation de la région. Peu de temps après, il abandonne le foot pour se consacrer pleinement au vélo. Il est encore jeune à ce moment-là, douze
ans peut-être, mais il consacre déjà toutes les fins de semaine à sa récente passion.

À seize ans, il décide de vivre du vélo. C’est une pratique réellement marginale, seuls les plus grands gagnent leur vie grâce aux sponsors. Sans perdre de temps, Fred met au point une stratégie, un plan de bataille. En plus de devenir le meilleur, il faudrait que l’on parle de lui dans la presse. Ce n’était pas encore l’époque fulgurante d’Internet où une vidéo virale peut vous propulser au plus haut en une fraction de seconde ! Les milieux du sport outdoor et urbain sont très fermés. Combien de jeunes se sont-ils cassé les dents à tourner des compilations de skate sur des VHS en espérant décrocher le gros lot auprès d’une marque à la mode ?  Fred, quant à lui, apparaît souvent dans la presse. Ses figures, ou tricks en anglais se font remarquer et, à vingt ans, il fait son entrée dans une structure de spectacle. Il atteint alors le palier numéro un de son objectif final : vivre du sport. Ses premiers cachets lui permettent d’améliorer son matériel et de vivre plus confortablement. En parallèle, il décroche des podiums parmi lesquels figurent les Natural Games à Millau, et le FISE à Montpellier.

À trente ans aujourd’hui, l’affection pour sa terre natale le rattrape. Après avoir voyagé dans le monde aux frais de ses sponsors, il revient en Aveyron avec des projets qui lui ressemblent. Accessible, généreux et dynamique sont les adjectifs qui représentent le mieux Fred Austruy. Il s’illustre dans cette véritable volonté de transmettre sa passion. Pour cela, il lance sa propre société d’événementiel : Bike Résolution, qui offrira aux spectateurs des shows de vélo freestyle. Avoir les pieds sur terre est tout ce que nous ne souhaitons pas à ce cascadeur sur deux roues. Nous espérons le voir encore survoler les podiums et les forêts avec ses figures les plus folles.
 

TWELVE-MAGAZINE-2-20.jpg
TWELVE-MAGAZINE-2-19.jpg
TWELVE-MAGAZINE-2-17.jpg

photographies - Vincent

texte - Quentin