WEMUSICMUSIC

WEMUSICMUSIC c'est, à l’origine, un simple groupe Facebook privé lancé en 2012 par une bande de potes dans le but d’échanger les meilleures tracks dénichées sur le net. Un an plus tard, l’envie de développer cette démarche de partage avec le plus grand nombre survient. Voilà comment est né le webzine WEMUSICMUSIC.

Piloté par Jules et Benjamin, les deux amis se sont rencontrés en 2010 sur les bancs de la fac de droit de Toulouse et se sont installés à Paris. Le petit webzine tourne sans prétention autour d’un noyau dur de copains passionnés de musique.

Jules a grandi en Aveyron. Après des études en droit à Toulouse, il rejoint Paris pour y travailler. En parallèle à son activité professionnelle et au webzine, il a lancé un collectif de DJs et d’événementiel appelé HORS-SOL.

Benjamin est né à Paris et a grandi en Île-de-France. Après un parcours en administration économique et sociale et en droit à Toulouse, il s’oriente vers les métiers du droit de la santé.

_DSF6999.jpg

 

Nous avons souhaité en savoir plus sur la création de WMM, alors nous avons interviewé les deux fondateurs !

Benjamin, cofondateur : “Aujourd’hui, WEMUSICMUSIC est une structure associative type loi 1901, et la contribution de chacun à ce projet repose sur le volontariat. L’équipe est composée actuellement d’une bande de quatre potes : Jules, Jérémy, Clément et moi-même. Nous avons chacun un boulot en parallèle du webzine qui n’a strictement rien à voir avec la musique. C’est un peu notre exutoire et le support sur lequel chacun est libre de contribuer en fonction du temps dont il dispose, de ses envies et de ses inspirations. Ce qui n’empêche pas pour autant que l’on s’impose une certaine rigueur quant au calendrier éditorial et à la fréquence des publications.”

Jules, cofondateur : “Oui, d’ailleurs on est totalement libre dans la définition de notre ligne éditoriale, même si l’on veille à avoir une certaine cohérence avec pas mal de sujets liés aux musiques électroniques finalement. L’idée est de pouvoir façonner le projet selon les centres d’intérêts et les sensibilités de chaque rédacteur, tout en veillant à ce que ça reste une démarche de plaisir. Le jour où ce webzine deviendra une contrainte, il sera probablement temps de tourner la page ou de renouveler le concept.”

 

Une bande d’amis accro à la musique mais totalement dénuée d'expérience dans le milieu musical. Il était donc nécessaire de s’armer de patience pour nouer les premiers contacts.

 

Benjamin : “Au début, la production de contenu rédactionnel prenait énormément de temps. Tous nos articles étaient le fruit d’une veille que l’on menait sur les réseaux sociaux et de contenus dont on s’inspirait sur des webzines existants. Puis on a réussi à nouer progressivement des contacts avec des agences de RP, des labels et des collectifs qui matchaient plutôt bien avec la ligne éditoriale que l’on souhaitait développer. À Toulouse, on a débuté sur des partenariats avec nos potes du collectif Boussole Records que l’on suit depuis leurs débuts, puis avec la salle du Bikini. On passait vraiment notre temps à envoyer des mails à droite à gauche quotidiennement. Autant te dire que quand tu débutes avec une page Facebook à 150 likes, ça ne t’aide pas forcément pour avoir de l’écho auprès de tes interlocuteurs … “

Jules : “C’est clair ! Et comme dans beaucoup de milieux professionnels, ça reste un microcosme qui fonctionne énormément par réseau. La plupart des gens se connaissent tous. Nous, on ne connaissait personne, et personne ne nous connaissait non plus ! Ça nous a bien pris un an et demi avant que notre nom et notre ligne éditoriale soient un tout petit peu identifiés, et encore ... Aujourd’hui on est hyper fiers du chemin accompli et de pouvoir par exemple être partenaire de festivals comme le Macki Music Festival, Le Château Perché, Cabourg Mon Amour, le Made ou encore le Hors-Bord qui sont des festivals dont on adore la démarche et la ligne artistique. En fait, on a toujours eu à cœur de promouvoir les évènements pour lesquels nous avions une sensibilité personnelle. Des festivals à taille humaine, des labels indépendants, des jeunes artistes … On aime lorsqu’il y a un parti pris et une identité forte, autant dans la dimension artistique que dans l’esprit de la fête …  Et puis on est ravi d’avoir la possibilité de faire de nombreux festivals, de rencontrer des gens du milieu ainsi que des artistes. C’est très enrichissant humainement !”

 

Parallèlement à sa dimension éditoriale, WEMUSICMUSIC organise régulièrement de petits rendez-vous festifs dans la capitale. Prochainement, le webzine devrait dépasser les 10 000 fans sur Facebook, et prévoit très certainement d'organiser un petit quelque chose pour l’occasion.

 

Jules : “Les soirées WEMUSICMUSIC, c’est vraiment l’aboutissement de la démarche dans laquelle on inscrit le projet depuis le début : réunir des personnes autour d’une passion pour la musique et la fête. Même si cela peut paraître assez basique comme leitmotiv, cette forme d’extension matérielle du webzine permet de fédérer les gens autour du projet. En soi, nous n’avons aucune prétention et ça reste des soirées comme il en existe beaucoup à Paris. On essaie juste d’apporter notre petite pierre à l’édifice en faisant en sorte que les invités passent de bons moments. J’admets que c’est aussi une très bonne excuse pour rassembler nos différents potes le temps d’une soirée, afin qu’ils soient derrière les platines ou sur la piste de danse. 

Et sinon, mon rêve caché serait un jour d'organiser un festival en Aveyron. il y a tellement de belles choses à mettre en avant dans notre département. Allier notre culture locale à la scène musicale qu'on promeut serait vraiment génial"

 

Benjamin : “Oui, et c’est marrant de voir la manière dont se déroulent nos events. Aujourd’hui on a surtout organisé des événements en première partie de soirée, jusqu’à 2h du matin. Ce sont souvent des potes DJs et nous-mêmes qui mixons, et on a à chaque fois cette impression de délocaliser notre propre soirée d’appartement ! Il y a toujours ce côté hyper convivial et friendly que l’on fera tout pour préserver à l’avenir … En parlant d’event, on devrait rapidement passer la barre des 10 000 fans sur Facebook. C'est une bonne occasion d’organiser quelque chose d’un peu plus gros… et de fêter un peu en retard les 3 ans du webzine ! ”

"Ce sont souvent des potes DJs et nous-mêmes qui mixons, et on a à chaque fois cette impression de délocaliser notre propre soirée d’appartement"

17571800_10212891822789006_169136852_o.jpg

En mars dernier, le webzine a lancé sa première résidence mensuelle, avec la Brasserie Barbès. Un mercredi par mois, WEMUSICMUSIC a carte blanche pour y inviter les collectifs, labels et artistes de leur choix, le tout retransmis sous forme de podcast vidéo via Facebook Live.

Jules : “Le projet de résidence avec la Brasserie Barbès est vraiment quelque chose que l’on souhaite rendre le plus abouti possible. Quand la proposition nous a été faite, j’ai accepté sans hésiter. À travers cette résidence intitulée “Off The Box”, l’objectif est d’offrir une fenêtre de visibilité à des artistes, collectifs et labels, dans un cadre intimiste, agréable et facilement accessible au public : l’entrée est gratuite, et le dancing de la Brasserie Barbès a vraiment du cachet, avec ses baies vitrées qui donnent sur le métro aérien, et un bon soundsystem … Et puis musicalement, la scène parisienne est vraiment hyper active, ça produit dans tous les sens, des collectifs et labels fleurissent de partout. C’est cette effervescence que l’on souhaite soutenir et encourager. ”

 

Côté musique, la ligne éditoriale du webzine est assez éclectique, elle respire l’électro ! Voici donc une petite playlist concoctée par leurs soins !

 

Par Jules

1 - St. Germain - What's New

“Inutile de présenter cet artiste français. Cette track est sorti en 1995 sur F Communication, un label historique fondé en 1994 par Laurent Garnier et Eric Morand. Un classique de la scène House française des années 90. Le break à 2:34 est parfait pour ouvrir un set House. Je crois l’avoir entendue la première fois lors d’un set joué par La Mamie’s, à Paris”

 

2 - Joy Wellboy - Before The Sunrise (Dixon Remix)

“Avec Benjamin, on a entendu cette track pour la première fois en avril 2016, lors du festival Château Perché. C'était une édition qui se déroulait durant 24h non-stop dans l’enceinte d’un château, près de Vichy. Le cadre était tout simplement hallucinant. À 7h du matin, on s’est retrouvé dans une toute petite salle où des gens dormaient, d’autres dansaient encore. Alors que les premiers rayons du soleil traversaient les vitres, le DJ a lâché cette track. Un super souvenir.”

 

3 - Led Zeppelin - Stairway to Heaven Live

“C’est sûrement l’un des premiers groupes que j'ai découvert, je me souviens l'avoir écouté tout petit dans le salon de mes parents. Ceci explique très certainement pourquoi je prends toujours autant de plaisir à entendre ce groupe mythique. Cette version live de Stairway to Heaven est tout simplement folle.”

4 - David August & Deutsches Symphonie-Orchester

C’est l’un des derniers projets du talentueux producteur David August. Intitulé « X – Poème Symphonique ». Iil s’agit d’une performance unique réalisée en collaboration avec l’orchestre symphonique de Berlin et le compositeur Frieder Nagel. 50 instruments et un set-up électronique : le résultat est vraiment original et de qualité”

 

Par Benjamin

1 - Folamour - Very First Touch

“Un des grands talents de la scène house française ! On avait eu le plaisir de le faire jouer au Connexion Live à Toulouse lors d’une soirée commune avec le collectif Boussole, il a depuis gravi les échelons et continue de proposer une musique ultra positive. C’est toujours bien sympa d’écouter ses titres et de les placer dans un set.”

2 - Flabaire - Laura Palmer

“J’aurais également pu citer Mezigue ou Mad Rey mais j’ai choisi Flabaire car son dernier EP “Laura Palmer” est un petit bonheur. De manière plus générale, c’est le label parisien D.Ko Records qu’il faut découvrir de toute urgence! Avec leur house survitaminée, les artistes du collectif dynamitent la capitale et ses alentours”.

3 - Stephan Bodzin - Singularity

“J’ai adoré l’album “Powers Of Ten” de Stephan Bodzin et particulièrement le titre “Singularity”. Un peu comme Recondite ou Marc Romboy, il a le don pour trouver des mélodies hyper entêtantes toujours accompagnées d’une bonne basse. Je n’ai pas encore eu l’occasion de le voir sur scène, j’espère que ce sera pour bientôt!”!

4 - Sonya Spence - Let love flow on

“ On termine gentiment (et en beauté) avec Sonya Spence et son titre “Let love flow on” de 1981. Un titre à la fois sensuel et jazzy que j’ai pu redécouvrir au Badaboum en janvier dernier lors d’un set de haut voltige par Jeremy Underground à la Nova Mix Club. À écouter en boucle”.

Si vous vous rendez à Paris nous vous recommandons de faire un tout à leur prochain événement ! Ça se passe par là ! 

https://www.facebook.com/events/203094230190983/?active_tab=about

https://www.facebook.com/events/203094230190983/?active_tab=about